Un film de Gérard Oury avec Bourvil et Louis de Funes
 
  Tout le monde l'a vu au moins une fois.
Au début 3 parachutistes anglais sautent de leur avion en flammes au dessus de Paris. L'un tombe dans un zoo, le deuxième sur le toit dans un cour où les S.S. reçoivent leur commandant et le troisième sur le toit de l'opéra.


Tous ont rendez-vous aux Bains Turcs. BOURVIL (Augustin) et Louis de FUNES (Monsieur LE FORT) se retrouvent dans une intrigue burlesque : il faut sortir de Paris et aller en zone libre. Leur route passe par l'Hôtel du Globe à Meursault.

Nous voici aujourd'hui à Meursault pour revivre l'intrigue et retrouver les lieux du tournage de ce chef d'œuvre.Même si vous ne dormez pas à l'hôtel du Globe, nous allons vous faire revivre cette ambiance typiquement française.

     
La voiture des POMPIERS

Après avoir parcouru 5000 Kms en voiture et en avion l'assistant de Gérard Oury a choisi Meursault pour deux raisons :
C'était le seul village bourguignon aussi typique ayant une grande place devant la mairie (obligatoire pour les prises de vues)
Il y a surtout le cri du cœur pour cette vieille voiture de pompiers RENAULT 1906. Elle est aujourd'hui toujours en état de marche.

 

Il a fallu 4500 Francs de réparation (en 1966) pour commencer le tournage. Le scénario a même été modifié grâce à cette voiture.
Il y a deux exemplaires de cette RENAULT 1906 sur la Côte d'Or (Dijon et Meursault).
Pour la petite histoire, cette même voiture de pompiers a réellement éteint le feu de la mairie de Beaune en 1936 car les pompiers de Beaune n'avaient pas le matériel nécessaire.

     
  Hôtel de Ville

Le morceau spectaculaire était bien sur l'incendie de la ORTSKOMMANDANTUR.
La réalité adépassé la fiction à plusieurs reprises puisqu'une porte a été réellement brûlée : on remarque aujourd'hui une porte neuve à gauche de l'escalier au niveau de la cave.
Gérard Oury a utilisé un polaroid pour la coordination des scènes extérieures devant l'Hôtel de Ville et des scènes d'intérieures tournées en studio à Paris.

     
Les énigmes de la Grande Vadrouille

Depuis plus de 30 ans, beaucoup de touristes viennent dans l'espoir de retrouver tous les extérieurs de la GRANDE VADROUILLE à Meursault.
Manger à l'hôtel du globe est impossible. Il faut aller à Noyers/Serein, à mi-chemin entre Chablis et Vézelay pour retrouver l'hôtel du Globe et les Arcades.

On reconnaît de Meursault la rue des Ecoles et le petit pont sur lequel Louis de FUNES et BOURVIL partent conduisant la charrette de Marie-Odile, la rue de Martray à l'arrivée sur la place de l'Europe où l'on voit la voiture des pompiers arriver à grands coups PIN PON.
 
Les Hospices de Beaune ont été le cadre de quelques scènes dans la cour d'entrée et "la salle des Pôvres".
 
Retrouver tous les détails et les anecdotes du tournage du film dans l’ouvrage de Vincent Chapeau, « Sur la route de la Grande Vadrouille », paru en novembre 2002 aux éditions Hors Collections (21 €).

Ce livre est en vente à l’Office de Tourisme de Meursault.
 
Du 8 au 10 septembre 2006, l’Office de Tourisme de Meursault a organisé le 40ème anniversaire du tournage de la Grande Vadrouille.
A cette occasion, une exposition a été présentée dans le cellier de la Mairie de Meursault (lieu symbolique utilisé pour le tournage) et des reconstitutions de scènes ont été proposées au public. Des figurants étaient également présents comme d’anciens pompiers de Meursault et des « petites sœurs » qui ont réellement joué dans le film, en 1966.